pesticides obsoletes vendus sur un marché villageois

Liste des pesticides autorisés par le CSP — Novembre 2019

Last Updated on

La liste des pesticides autorisés par le CSP (Comité Sahélien des Pesticides) — version novembre 2019 contient les produits phytopharmaceutiques homologués dans 13 pays membres du CILSS (Comité permanent Inter-Etats de Lutte Contre la Sécheresse au Sahel). A cette date, c’est la dernière mise à jour de la liste publiée chaque année par le CSP.

La liste comprend 470 produits phytopharmaceutiques (pesticides utilisés dans l’agriculture) et biocides autorisés dans les pays membres du CILSS, soit une augmentation d’environ 8% par rapport à celle de novembre 2018. Ces pesticides sont utilisés dans la lutte contre les ennemis des cultures irriguées (tomate, chou, …), pluviales (céréales, coton) et fruitières (manguier). Certains produits sont utilisés contre les ravageurs des denrées stockées et pour le traitement des semences ainsi que pour combattre les vecteurs des maladies (moustiques) dans le domaine vétérinaire et en hygiène publique (usage domestique).

Cependant, cette liste trop controversée par les spécialistes contient encore beaucoup de pesticides, jadis interdits dans des pays où la circulation de ces produits est bien contrôlée.

En substance, beaucoup de produits devraient être carrément interdits et/ou mis sous toxicovigilance à cause de leur toxicité sur l’homme, les abeilles et l’environnement.

Ce qu’il faut retenir de la liste

  • Beaucoup de pesticides (matières actives) interdits (ou dont l’utilisation est très restreintes) dans plusieurs pays comme en Europe ou Etats Unis reçoivent l’autorisation de mise sur le marché de la part de cette instance (CSP) censée les interdire ;
  • Plusieurs matières actives interdites ou sous toxicovigilance dans le monde qui continuent d’être autorisées en Afrique : Néonicotinoïdes (Clothianidine, Imidaclopride, Thiamethoxam, etc), Chlorpyrifos, Glyphosate, etc.
  • Une exiguïté des informations sur les doses — insuffisance d’informations sur le mode d’emploi des pesticides, le CSP devrait fournir des données fiables et vérifiées (exemple www.fytoweb.be en Belgique) car on ne peut pas simplement se fier aux indications données par le fournisseur ;
  • La liste offre très peu d’options aux producteurs la plupart des produits sont destinées contre des cultures comme la tomate, le cotonnier, le maïs ;
  • L’usage recommandé par le CSP est différent de celui qui se fait sur le terrain — d’où une campagne de sensibilisation nourrie auprès des populations dans les pays membres ;
  • Des informations très vagues et imprécises— exemple de ARSENAL 50 EC : insecticides autorisés contre les larves de lépidoptères et acariens déprédateurs de la tomate, etc.

Le Comité Sahélien des Pesticides est l’organe d’exécution de la réglementation commune sur l’homologation des pesticides dans les pays membres du CILSS. Les pays concernés sont : Niger, Bénin, Burkina Faso, Cap-Vert, Côte d’Ivoire, Gambie, Guinée, Guinée Bissau, mali, Mauritanie, Sénégal, Tchad et Togo.

Comments are closed.