Marché à bétail dans la région de Maradi

Bulletin Mensuel du Système d’Information sur les Marchés à Bétail (SIM Bétail) – décembre 2019

Le Système d’Information sur les Marchés à Bétail ou SIM Bétail est un bulletin mensuel élaboré par le Ministère de l’Agriculture. Il donne la situation des marchés à bétail dans les différents marchés du pays. Le numéro du mois de décembre 2019 est consacré à la situation des marchés à bétail dans toutes les régions du pays et concerne les bovins, les ovins, les caprins, les camelins et les asins ainsi que le marché des cuirs et peaux.

zebus et vaches de la race azawak dans un enclos lors du salon de l'agriculture du Niger

Bulletin Mensuel du Système d’Information sur les Marchés à Bétail (SIM Bétail) – avril-2018

Le Système d’Information sur les Marchés à Bétail ou SIM Bétail est un bulletin mensuel élaboré par le Ministère de l’Agriculture et de l’Elevage du Niger. Il donne la « température » des marchés à bétail dans les différents marchés du pays.

Le numéro du mois d’avril 2018 est consacré à la situation des marchés à bétail dans la région de Zinder (sud-est du Niger). Au cours du mois d’avril, les marchés à bétail de la région ont connu une bonne animation. Ainsi, l’offre et la demande ont été importantes chez toutes les espèces présentées, comparé au mois de mars.

Les grands éleveurs se localisent dans la zone intermédiaire et sur la zone frontalière avec le Nigeria.

Les principales tendances du SIM Bétail au cours du mois d’avril

Le taux de vente d’avril 2018 était de 67%, 75%, 77% et 78% respectivement pour les camelins, les ovins, les bovins et les caprins. Concernant, les prix moyens, ils affichent une stabilité chez les espèces et catégories présentées dans le rapport au mois de mars 2018.

Les termes de l’échange ont baissé selon les catégories suivies par rapport au mois précédent. Globalement, les termes de l’échange du mois d’avril ne sont pas en faveur de l’éleveur.

Les prix moyens des cuirs et peaux, tant à l’état frais qu’à l’état sec, est en hausse. Pour ce qui est des prix moyens des intrants, ils ont connu une baisse par rapport au mois passé.

Au cours de la période d’avril 2018, on a également enregistré des hausses de prix moyen des caprins et du taurillon et une baisse du prix moyen des Taureau, vache et brebis sur les marchés transfrontaliers.

Céréales vendues sur un marché de Niamey

Bulletin économique des marchés des céréales février 2018

Bulletin économique n° 19 des marchés des céréales en Afrique de l’Ouest – février 2018

Ce document est le bulletin économique n°18 de février 2018 préparé par le Réseau Ouest Africain des Céréales. Il donne la situation des marchés des quatre principales céréales (mil, sorgho, riz et maïs) consommées dans huit pays d’Afrique de l’Ouest (Niger, Bénin, Burkina Faso, Côte d’Ivoire, Ghana, Mali, Sénégal et Togo).

Contrairement au mois de janvier, le stockage massif, en prélude aux achats institutionnels et à la période de soudure, s’est poursuivi chez bon nombre d’acteurs des chaines de valeur céréalières. Ce phénomène aura comme corollaire des hausses des prix des céréales au cours du prochain mois.

L’évolution des prix des céréales au cours des prochaines semaines

Au cours du mois de février, les tendances des marchés ouest africains ont été caractérisées par des légères hausses et cela semble se poursuivre le mois prochain. Cependant, cette situation cache des disparités par endroits (pays) et par spéculations. Par exemple au Niger, l’évolution des marchés dans les prochains semaines sera marquée par une tendance stable sur toutes les céréales.

Évolution attendue des prix moyens dans la sous-région Prochaines semaines
Prochains mois
Riz Stabilité Légère hausse
Maïs Légère hausse Légère hausse
Mil Légère hausse Légère hausse
Sorgho Légère hausse Légère hausse

Situation des marché des février 2018 : cas du Niger

Le riz

Au cours du mois de février, le marché du riz a été marqué par une mise en marché importante des stocks paysans pour répondre aux besoins des consommateurs. Cette offre locale associée à la présence du riz importé en quantité suffisante a favorisé la stabilité des prix sur la quasi-totalité des marchés suivis. Cette tendance stable pourrait se maintenir au cours des semaines à venir.

Le maïs

Dans l’ensemble, le fonctionnement des activités commerciales du maïs au mois de février a été marqué par une stabilité des prix sur les différents marchés du pays. Toutefois au cours des prochaines semaines, l’évolution des marchés pourrait connaître à une hausse des prix, au vu des achats groupés de masse.

Le mil

Durant la période de suivi, les marchés de mil ont été caractérisés par une disponibilité de l’offre jugée bonne. Ce phénomène a eu comme conséquences la stabilité des prix. Cette situation, qui pourrait se maintenir au cours des prochaines semaines, est due à l’amélioration de l’offre locale sur les différents marchés nationaux et aux importations en provenance des pays voisins en l’occurrence le Nigeria.

Le sorgho

Au cours du mois de février, le marché du sorgho a connu une tendance stable. Ce phénomène pourrait s’expliquer par une légère amélioration de l’offre sur les marchés. Néanmois, de légères hausses des prix par endroit, notamment dans la région de Maradi, ont été observées durant la période du suivi.