Orange exposee lors de la foire d'Agadez

Attaques du chancre bactérien des agrumes sur des pieds de tangerine, de pamplemoussier et de citronnier

Last Updated on

Cette note fait suite à un diagnostic d’une ferme privée, suite à des attaques du chancre bactérien des agrumes sur des pieds de tangerine, de pamplemoussier et de citronnier dans la commune de Youri. Elle entre dans le cadre des activités de la Clinique des Plantes, mise en place par le cabinet Bioengineering and Agri-Business Consulting (BAC) pour aider les populations locales nigériennes à lutter efficacement contre les ennemis des cultures à travers des approches durables de gestion intégrée.

Dans le cadre des activités de notre Clinique des Plantes et suite à la demande d’un promoteur privé, l’équipe technique de Bioengineering and Agri-Business Consulting a réalisé, le dimanche 29 décembre 2019, un diagnostic phytosanitaire des pieds d’agrumes dans la commune de Youri (à 15 km au sud de Niamey). Ce travail consiste d’une part à d’identifier les ennemis de cultures causant des dommages sur des espèces d’agrumes et d’autre part proposer un plan de gestion intégrée contre les nuisibles qui soit applicable pour les techniciens et ouvriers de la ferme.

Qu’est-ce que le chancre des agrumes (ou chancre citrique)

Appelé aussi chancre citrique, le chancre bactérien des agrumes (Xanthomonas axonopodis pv. citri) est une maladie causée par une bactérie gram négatif qui est responsables d’importants dégâts économique dans le monde, notamment à travers la réduction de la qualité des fruits, l’accès au marché ou le coût de la lutte. La maladie se caractérise par l’apparition des lésions sur les feuilles, les jeunes tiges et les fruits provoquant des jaunissements, la chute des feuilles, la chute prématurée des fruits et la production des fruits impropres à la commercialisation. En cas d’attaques sévères, la maladie pourrait même causée la mort prématurée de la plante attaquée lors que des dispositions appropriées ne sont pas prises à temps.

Mode de propagation de la maladie

Le moyen privilégié de propagation de la maladie vers des endroits non infestés est le transfert de matériel végétal infesté sous forme de fruit, de plant (plant pépinière) ou de greffon contaminé. La bactérie peut également être transmise de diverses manières, notamment l’eau de pluie (et/ou d’irrigation par aspersion) à travers les éclaboussures. La propagation de la maladie est plus importante pendant les périodes de fortes chaleurs.

Un véritable casse-tête pour les agrumiculteurs nigériens

Même si la maladie est relativement maîtrisée dans certaines parties du monde, elle demeure une sérieuse menace au Niger où le conseil agricole est très peu développé. Comme les autres maladies bactériennes, la lutte contre le chancre bactérien est très complexe et reste encore une énigme pour les agrumiculteurs nigériens.

Complexité dans la lutte contre le chancre bactérien au Niger

En général, les maladies causées par les microorganismes sont très difficiles à combattre même dans les pays où le conseil agricole est particulièrement développé (Europe, Amérique Asie). Contrairement aux insectes ou les acariens, les bactéries, les virus ou les champignons ne sont pas visibles à l’œil nu. Leur identification est très compliquée et est hors de portée pour les populations rurales nigériennes dont l’écrasante majorité est analphabète. De plus, pour ce qui est de la lutte chimique, les produits censés combattre la maladie sont pratiquement absents sur le marché nigérien par manque de connaissance de leur importance et du mécanisme d’action de ces produits de la part des producteurs, des vendeurs des pesticides voire des agents des services de vulgarisations. Même à l’échelle de la sous-région, cet aspect est très négligé, comme en témoigne les autorisations données par l’instance chargée d’homologation des pesticides dans l’espace CILSS, à savoir le Comité Sahélien des Pesticides (CSP). Sur sa dernière liste des pesticides autorisés, le CSP, il n’y a aucun pesticide adapté à la lutte contre le chancre bactérien des agrumes . Pour le cas du Niger, les producteurs ne disposent pas également de produits adaptés pour combattre la maladie (Source nos propres recherches sur les marchés de Niamey[1]).

Des cas d’attaques nous ont été plusieurs rapportées par les producteurs d’agrume d’Agadez, de Maradi, de Dosso et de Niamey qui disaient ne pas savoir comment s’y prendre au vu de la complexité de la lutte.


[1] Le marché de Niamey est le plus important marché des pesticides au Niger. Tous les produits homologués présents sur le territoire nigérien peuvent être trouvés à Niamey (Source RECA, 2017 : Liste des pesticides trouvés au Niger).

Comments are closed.