Loci microsatellites chez des espèces de braconides

Last Updated on

Texte traduit de la version anglaise par N. Gauthier
European Journal of Entomology, 2016, 113, 265-269.

Vingt-deux loci microsatellites polymorphes chez la guêpe parasite, Habrobracon hebetor (Hymenoptera, Braconidae) : outils moléculaires très prometteurs dans l’étude de la génétique des populations de plusieurs espèces de braconides bénéfiques

Titre court : Loci microsatellites chez des espèces de braconides

Madougou GARBA1, Anne Loiseau2a, Laure Benoit2b, Nathalie Gauthier2c

1Direction Générale de la Protection des Végétaux, Ministère de l’Agriculture, BP323, Niamey, Niger ; e-mail: garba_madougou@yahoo.fr
2 UMR (INRA a/IRD c/Cirad c/Montpellier SupAgro) Centre de Biologie pour la Gestion des Populations, 755 avenue du Campus Agropolis, CS 30016, F-34988 Montferrier-sur-Lez, France ; e-mails: loiseau@supagro.inra.fr, laure.benoit@cirad.fr, nathalie.gauthier@ird.fr and nathalie.gauthier@supagro.inra.fr

Abstract. En combinant un protocole d’enrichissement par la biotine et une technologie de pyroséquençage via un séquenceur de type 454GS-FLX titanium, nous avons caractérisé 22 loci microsatellites polymorphes chez la guêpe parasite, Habrobracon hebetor (Say) (Hymenoptera, Braconidae), une espèce cosmopolite communément utilisée dans le contrôle biologique d’un grand nombre de lépidoptères s’attaquant aux denrées stockées et aux cultures de plein champs de par le monde. Trois multiplexes PCRs ont été optimisés et testés sur 46 spécimens de l’espèce H. hebetor issus de deux échantillons collectés dans des champs de mil au Niger. Deux à onze allèles ont été observés par locus et l’hétérozygotie observée va de 0.289 à 0.826. Le polymorphisme détecté est caractérisé par un niveau d’hétérozygotie observée (0.482 vs. 0.502) et un nombre d’allèles (4.1 vs. 3.6) comparables dans les deux échantillons. Un écart par rapport aux attendus à l’équilibre de Hardy-Weinberg a été détecté aux cinq mêmes loci pour les deux échantillons et à cinq ou sept loci complémentaires dans chaque échantillon. Cet écart n’est pas associé à un déficit en hétérozygotes. Bien qu’il y ait déséquilibre de liaison pour quelques allèles, les nouveaux loci décrits ségrègent indépendamment les uns des autres. La variabilité démontrée pour ces 22 loci permettra une estimation de la diversité génétique et des panels de structuration des populations de H. hebetor, ainsi que l’étude de leurs flux de gènes à différentes échelles spatiales. Les tests d’amplifications croisées entre les diverses espèces se sont avérés positifs entre les six espèces de Bracon testées et neuf loci seront tout particulièrement appropriés aux études de génétique des populations chez l’espèce B. brevicornis.

Mots clés : Hymenoptera, Braconidae, Habrobracon hebetor, Bracon spp., contrôle biologique, guêpe parasite, microsatellite, génétique des populations, flux de gènes.

*Corresponding author: nathalie.gauthier@ird.fr

Comments are closed.