Bali-bali_Race_MAG.EL

Caractéristiques zoogénétiques de la race ovine « Bali Bali »

Poids moyen : Le poids moyen varie entre 30 à 50 kg voire plus

Talle : La taille est d’environ 80 cm (hauteur au garrot).

Pelage

La couleur dominante chez la race Bali Bali est le blanche. Certains sujets sont pie-noirs. Les individus de cette race ont des lunettes noires (couleurs autour des yeux).

Origine

Le mouton Bali Bali est un animal élevé par les Peuhls. Il est d’assez grande taille et a un profil busqué.

Caractéristiques zoogénétiques

La tête est caractérisée par un front plus plat, plus large chez le mâle que chez la femelle. Le chanfrein est convexe et les oreilles sont longues (19 cm) et larges (8,5 cm). Le mâle de la race Bali Bali porte des cornes très développées. La poitrine est très développée. Il porte des poils longs le long du cou et jusqu’au garrot chez le mâle. La ligne du dos est rectiligne est la queue longue. La race Bali Bali représente environ 36% du cheptel ovin au Niger.

Aire de dispersion

Le mouton Bali Bali est rencontré partout dans le pays.

Quelques références citées

  • Centre d’Echange d’Informations sur la Biodiversité du Niger : http://ne.chm-cbd.net/biodiversity/la-diversite-biologique-animale/la-faune-domestique/les-mammiferes/. Convention sur la Biodiversité Biologique.
  • CCN/GRGAD, 2002. Etat des ressources génétiques animales dans le monde. Rapport national.
  • Hamadou I., Moula N., Siddo S., Marichatou H., Issa M., Leroy P. & Antoine-Moussiaux N., 2015. La race de mouton Koundoum au Niger : étude morpho-biométrique et description du système de production. JARTS, 116(1), 49-58.
  • Ibrahim A.T., 1975. Contribution à l’Etude de l’Elevage ovin au Niger : Etat actuel et proposition d’amélioration. Thèse de Doctorat, Ecole Inter-Etats des Sciences et de Médecine Vétérinaires. Dakar : Sénégal.
  • Ministère de l’Agriculture et de l’Elevage, 2013. Strategie de developpement durable de l’elevage. SDDEL 2013-2035.
    Ministère l’Elevage et des Industries Animales, 2008. Recensement Général de l’Agriculture et du cheptel 2005-2007. Résultats définitifs, juin 2007.
  • Ministère l’Elevage et des Industries Animales. Les races ovines du Niger.
  • Ministère l’Elevage et des Industries Animales, 2010. Revue du secteur de l’élevage. Rapport provisoire.
  • Zangui I.M.S., 1986. L’élevage des bovins, ovins, caprins au Niger : Etude ethnologique. Thèse de Doctorat, Ecole Inter-Etats des Sciences et de Médecine Vétérinaires. Dakar : Sénégal.

Remerciements : Nous remercions beaucoup le Cadre de Concertation Régional de l’Interprofession de la Filière Bétail Viande, Cuirs et Peaux de Maradi pour l’appui apporté dans l’élaboration de cette fiche.

Jeune bouc de la race chèvre du sahel

Caractéristiques zoogénétiques de la chèvre du sahel

Poids : Le poids moyen à l’âge adulte varie de 25 à 35 kg.

Taille : Elle varie de 80 à 85 cm (au garrot) chez les mâles et 70 à 75 cm chez les femelles.

Pelage

La robe est très variable : noire, blanche, tachetée, etc., mais le type bariolé est très représenté au Niger.

Origine

La chèvre du sahel fait partie du groupe des chèvres de savane, qui comprend plusieurs types sahariens retrouvés en Egypte, Libye, Tunisie, Algérie et Maroc.

Caractéristiques

La chèvre du sahel est un animal qui a une très bonne prédisposition pour la viande et la production de lait est assez bonne. On la distingue notamment pour :

  • sa bonne adaptation avec la raréfaction des ressources fourragères herbacées, les chèvres parviennent à maintenir leurs fonctions de reproduction grâce à l’exploitation des fourrages ligneux ;
  • sa bonne aptitude à la marche ;
  • son âge de puberté de 8 à 14 mois ;
  • son âge de première mise bas : 16 à 17 mois.

Le front est convexe, chanfrein est rectiligne. Le bouc porte une barbiche et une crinière. C’est un animal de grande taille, peu musclé, à squelette fin.

  • Troupeau de chèvre du sahel troupeau
  • Jeune bouc de la race chèvre du sahel
  • Bouc de la race chèvre du sahel
  • Chèvre du Sahel et ses petits en plein pâturage urbain

Aire de dispersion

La chèvre du Sahel est un animal qu’on rencontre dans la zone climatique aride allant du centre du Tchad à l’Est, à la côte atlantique à l’Ouest. Elle donc présente dans tous les pays du Sahel notamment au Niger, Tchad, Mali, Burkina Faso, Mauritanie, Sénégal et Gambie. Sa présence a été également signalée dans les régions humides d’Afrique occidentale au Togo, en Côte d’Ivoire et au Cameroun.

Quelques références citées

  • Harouna S., 2014. Caractéristiques du cycle œstral de deux races caprines du Niger : la chèvre du Sahel et la chèvre rousse de Maradi. Thèse de Doctorat. Ecole Inter des Sciences et Médecine Vétérinaires de Dakar : Sénégal.
  • Gnanda I., 2008. Importance socio-économique de la chèvre du Sahel burkinabé et amélioration de sa productivité par l’alimentation. Thèse de Doctorat. Université Polytechnique de Bobo-Dioulasso : Burkina Faso.
  • Ministère de l’Agriculture et de l’Elevage, 2013. Stratégie de développement durable de l’élevage. SDDEL 2013-2035.
  • Ministère l’Elevage et des Industries Animales, 2007. Recensement Général de l’Agriculture et du cheptel 2005-2007. Résultats définitifs, juin 2007.
  • Centre d’Echange d’Informations sur la Biodiversité du Niger : Convention sur la Biodiversité Biologique.
  • Ministère l’Elevage et des Industries Animales. Les races caprines du Niger.
  • Zangui I.M.S., 1986. L’élevage des bovins, ovins, caprins au Niger : Etude ethnologique. Thèse de Doctorat, Ecole Inter-Etats des Sciences et de Médecine Vétérinaires. Dakar : Sénégal.

Remerciements : Nous remercions beaucoup le Cadre de Concertation Régional de l’Interprofession de la Filière Bétail Viande, Cuirs et Peaux de Maradi pour l’appui apporté dans l’élaboration de cette fiche.

Ressources Animales au Niger

Module de Formation de l’Eleveur-Pasteur sur les Savoirs et Pratiques Endogènes

Le module de formation de l’éleveur-pasteur est un recueil en matière de savoirs et pratiques endogènes sur le pastoralisme et la transhumance destiné aux vulgarisateurs en santé et productions animales.

Le module de formation de l’éleveur-pasteur est Document d’Orientation Stratégique sur les savoirs et pratiques endogènes élaboré par l’Association pour la Promotion de L’Élevage au Sahel et en Savane (APESS), à l’attention des acteurs du secteur de l’élevage. Le module permet au pasteur de réaliser un diagnostic de son activité notamment, les difficultés et les solutions efficaces pour y remédier. Il s’agit d’informer et de former les jeunes agro-pasteurs à la pratique du métier afin d’améliorer la productivité et la rentabilité de leur activité.

Ces savoirs traditionnels capitalisés à l’attention des générations présentes et futures complètent les connaissances modernes pour un élevage familial moderne de vie pour une société de bien-être. Ainsi, la question de l’appropriation des connaissances scientifiques en plus des savoirs et pratiques endogènes, dans un contexte de changements climatiques, a également été abordée. Le module fait aussi l’inventaire des espèces fourragères, de leur utilisation rationnelle et du mécanisme de régénérescence de la nature.

Module de formation de l’éleveur-pasteur

Le module de module de formation sur les savoirs et pratiques endogènes a pour ambition de rendre complémentaires les connaissances modernes et traditionnelles dans les processus d’apprentissage. Ainsi, le module traite des domaines suivants :

  • les productions animales et la santé (la santé humaine incluse);
  • l’habitat et la transhumance ;
  • la socialisation.