Zébu Azawak

Caractéristiques zoogénétiques de la race Azawak

Last Updated on

Performances pondérales

Poids moyen à la naissance :

  • Pour le mâle : 23,97 kg ;
  • Pour la femelle : 21,44 kg.

Chez l’adulte, le poids varie selon le type d’élevage :

  • il est de : 350 à 500 kg pour le mâle et 250 à 300 kg pour la femelle en élevage traditionnel ;
  • en station d’élevage le poids est beaucoup plus importants : jusqu’à plus de 600 kg à la station expérimentale de Toukounous.

Rendement carcasse : 48 à 52%

Taille au garrot : Elle est :

  • de 1,20 à 1,31 m pour le mâle ;
  • de 1,10 à 1,20 pour la femelle.

Pelage

La couleur du pelage est variable : rouge-fauve, acajou pour les animaux sélectionnés à la station de Toukounous. En élevage traditionnel on rencontre des bovins Azawak de couleur blanche, grise et même noire.

Origine

La dénomination Azawak provient de la région dont la race est originaire. Il s’agit de la région située à la frontière entre le Niger et le Mali. Le mot « Azawak » signifie terrain sablonneux sans relief marqué en Tamajeq. La race Azawak fait partie des zébus à courtes cornes élevés par les Arabes et les Touaregs de la vallée de l’Azaouak et dans l’est du Mali. .

Caractéristiques zoogénétiques

Le zébu de la race Azaouak est un animal de taille moyenne et de silhouette ramassée. Le fanon et le repli ventral sont assez développés. La bosse, assez importante, est étroite (12 à 16 cm d’épaisseur). Les comes sont courtes et épaisses à la base chez le mâle et de dimensions moyennes et s’incurvent en forme de croissant chez la femelle. L’oreille est moyenne (21 cm de longueur) chez la vache. La peau légèrement flasque, est d’épaisseur moyenne.

Parmi les races bovines locales, Azawak est sans doute celle qui a bénéficié, depuis les années 1950, d’une longue sélection phénotypique, notamment à la Station Expérimentale de Toukounous. Connue pour sa rusticité, Azawak est la meilleure race laitière du Niger.

Le bovin de race Azawak est un animal bon marcheur qui possède les caractéristiques suivantes :

  • un rendement carcasse à l’abattage : 48 à 52%
  • une bonne production laitière : jusqu’à 15 litres/jour (en saison des pluies) ;
  • son aptitude au portage et à la culture attelée ;
  • sa précocité et son aspect esthétique ;
  • un intervalle entre vêlages de 11 à 13 mois ;
  • le poids à la naissance : veaux, 23,47 ± 0,25 ; velles, 22,1 ± 0,22 kg ;
  • l’âge au premier vêlage de 35 à 40 mois ;
  • taux de fécondité : 70 à 75%.

Aire de dispersion

La race bovine Azawak est repartie sur toute l’étendue du territoire national. C’est la plus importante race bovine du Niger (en termes d’effectif). Elle représente environ 33% de l’effectif des bovins. La race Azawak est aussi présente dans plusieurs pays de la sous-région, notamment au : Nigeria, Bénin, Mali, Burkina Faso, Tchad voire en République Centrafricaine.

Quelques références citées

  • Adakal, H., 2016. Présentation du Centre National de Spécialisation de l’Elevage (CNS-El). Atelier Régional de Planification et d’Identification des Domaines Prioritaires de Recherche et de Formation pour le Centre National de Spécialisation en Elevage (CNS-EL), Niamey du 18 au 22 avril 2016.
  • CCN/GRGAD, 2002. Etat des ressources génétiques animales dans le monde. Rapport national.
  • Garba M.M., 2015. Application de l’échographie à l’étude de la dynamique folliculaire lors de l’œstrus induit chez la vache Azawak au Niger. Thèse de Doctorat, Gembloux  Agro Bio Tech (Université de Liège), Gembloux : Belgique.
  • Joshi N.R., E. A. McLaughlin E.A. & Ralph W. Phillips R.W., 1957. Les bovins d’Afrique : Types et races. Etudes Agricoles de la FAO, n° 37 Rome : Italie.
  • Ministère de l’Agriculture et de l’Elevage, 2013. Stratégie de développement durable de l’élevage. SDDEL 2013-2035.
  • Ministère l’Elevage et des Industries Animales, 2008. Recensement Général de l’Agriculture et du cheptel 2005-2007. Résultats définitifs, juin 2007.
  • Ministère l’Elevage et des Industries Animales. Les races bovines du Niger.PRODEX, 2011. Référentiel technico-économique de l’embouche bovine. Première Edition, juin 2011.

Remerciements : Nous remercions beaucoup le Cadre de Concertation Régional de l’Interprofession de la Filière Bétail Viande, Cuirs et Peaux de Maradi pour l’appui apporté dans l’élaboration de cette fiche.

Comments are closed.