regis-ER 2

Plan d’action pour la gestion des risques agricoles au Niger (PAGRA) 2014-2023

Le Haut Commissariat à l’Initiative 3N (les Nigériens Nourrissent les Nigériens) et la Banque Mondiale ont élaboré, un plan d’action pour la gestion des risques agricoles au Niger pour la période 2014-2023.

Le plan d’action pour la gestion des risques agricoles (PAGRA) s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre de la stratégie de développement agricole et de sécurité alimentaire et nutritionnelle de l’Initiative 3N. Il se veut une déclinaison opérationnelle de l’initiative 3N. Cependant, ce plan d’action se différencie du Plan d’Investissement 2012-2015 de i3N par i) son orientation sur la dimension « stabilité » de la sécurité alimentaire avec un accent particulier sur la prévention et la gestion des risques agricoles et ; ii) son inscription dans une perspective décennale déclinée en trois périodes de planification : biennale (2014-2015), triennale (2016-2018) et quinquennale (2019-2023).

Objectifs du plan de gestion des risques agricoles au Niger 2014-2023

L’objectif général est de contribuer à la résilience des communautés rurales et périurbaines face aux principaux facteurs de risques agricoles.

La finalité du PAGRA est d’assurer durablement pour tous et partout au Niger, la sécurité alimentaire et nutritionnelle.

Les composantes du plan de gestion des risques agricoles au Niger 2014-2023

La mise en œuvre du PAGRA se fera à travers trois composantes dont une relative à l’animation et à la coordination :

Composante 1 : Capacité des systèmes d’exploitation agricoles et pastoraux à faire face aux risques ;

Composante 2 : Anticipation, adaptation et réponse en situation d’urgence des communautés, de l’Etat et des Collectivités ;

Composante 3 : Animation et coordination en matière de GRA.

Le foreur de tige de mil (Coniesta ignefusalis)

Fiche technique sur foreur de tige de mil [Coniesta (=Haimbachia) ignefusalis] au Niger

Le foreur de tige de mil [Coniesta (=Haimbachia) ignefusalis] est l’un des plus importants insectes ravageurs du mil et du sorgho en Afrique Sub-saharienne. La larve (chenille) fore les tiges en y creusant des galeries. Ceci provoque un affaiblissement de la plante et le développement des épis et des graines est perturbé voire compromis.

Le document attaché en pièce jointe est une fiche technique sur le foreur de tige de mil au Niger. Il a été préparé par le Service Protection des Végétaux du Niger (l’ancêtre de la Direction Générale de la Protection des Végétaux). La fiche donne un aperçu pouvant aider l’agriculteur à identifier et mieux gérer le ravageur dans son champ. Elle est également accompagnée de photos montrant les symptômes et l’importance des dégâts causés par l’insecte sur le mil et le sorgho.

Au sommaire de la fiche technique sur le foreur de tige de mil

  • la description de l’insecte ;
  • la biologie du ravageur ;
  • ses plantes hôtes ;
  • les dégâts causés par les larves ;
  • son importance relative sur les cultures au Niger ;
  • les mesures de lutte contre le foreur de tige de mil.
Gestion des produits chimiques

Profil national du Niger de gestion des produits chimiques

Profil national du Niger pour évaluer les capacités nationales de gestion des produits chimiques et les besoins existants

Malgré qu’ils soient indispensables dans beaucoup d’activités économiques (Agriculture, industries, santé, etc.), les produits chimiques comportent des risques inhérents pour l’environnement. En outre, l’utilisation non rationnelle de ces produits constitue une menace pour la santé des populations. De nos jours, la gestion des produits chimiques constitue un problème majeur dans les pays en développement dont le Niger.

Pour cette raison la communauté internationale, à travers le Programme des Nations Unies pour l’Environnement (PNUE), a fait de la gestion écologiquement rationnelle des produits chimiques un des objectifs prioritaires pour le développement durable. Pour y parvenir, le PNUE a développé l’Approche Stratégique pour la Gestion Internationale des Produits Chimiques (ou SAICM en anglais) afin de promouvoir, dans tous les pays, les infrastructures nécessaires à une bonne gestion des produits chimiques.

Profil national de gestion des produits chimiques

Dans le cadre l’Approche Stratégique SAICM, le Ministère en charge de l’environnement a mené, avec l’assistance de ses partenaires techniques et financiers, un profil national de gestion des produits chimiques du Niger. Ce document a surtout porté sur un diagnostic exhaustif des capacités nationales (institutionnelles, réglementaires, techniques, etc) en matière de gestion des produits chimiques ainsi que les besoins existants.

Le profil national du Niger permet d’identifier les besoins prioritaires pour introduire la gestion des produits chimiques parmi les objectifs stratégiques de protection de l’environnement et de développement durable.

Objectifs de l’approche stratégique pour la gestion internationale des produits chimiques

L’objectif général de l’Approche stratégique est de parvenir à une gestion rationnelle des produits chimiques tout au long de leur cycle de vie afin que d’ici à 2020, les produits chimiques soient utilisés et produits de manière à ce que les effets néfastes graves qu’ils ont sur la santé des êtres humains et sur l’environnement soient réduits au minimum.

Cet objectif sera atteint en mettant en œuvre notamment les activités esquissées dans 35 domaines constituant le plan d’action mondial de la SAICM.

Objectifs nationaux et avantages attendus du profil national de gestion des produits chimiques

Le profil national de gestion des produits chimiques du Niger comporte plusieurs points. Il s’agit notamment de :

  • évaluer l’infrastructure nationale juridique, institutionnelle, administrative et technique de gestion des produits chimiques ;
  • cerner la situation nationale relative à la production, l’importation, l’exportation, le stockage, le transport, l’utilisation et l’élimination des produits chimiques ;
  • identifier les priorités et actions possibles des différentes institutions gouvernementales qui gèrent les produits chimiques ;
  • mettre en place un cadre de coordination et de concertation entre les différents acteurs concernés ;
  • assurer la sensibilisation, l’information des travailleurs et du public, la formation et l’éducation des groupes cibles et des professionnels ;
  • offrir une base d’information reconnue au niveau national grâce à laquelle les progrès pourront être jugés concernant l’atteinte des objectifs nationaux ou internationaux.
Virus de la rosette de l'arachide

Fiche technique sur le virus de la Rosette de l’arachide

Fiche technique sur le virus de la rosette de l’arachide au Niger

La rosette de l’arachide (ou Groundnut Rosette) est une maladie causée par le Groundnut Rosette virus sur la culture de l’arachide. Le document, attaché en pièce jointe, est une fiche technique sur ladite maladie au Niger. La fiche a été préparée par le Service Protection des Végétaux du Niger (l’ancêtre de la Direction Générale de la Protection des Végétaux). Elle donne un aperçu pouvant aider l’agriculteur à identifier et mieux gérer la maladie dans son champ. La fiche est également accompagnée de photo illustratives montrant les symptômes et les dégâts causés par la maladie.

Au sommaire de la fiche technique sur le virus de la rosette de l’arachide

  • plante hôte du virus de la rosette de l’arachide ;
  • les dégâts causés par l’agent phytopathogène ;
  • son importance relative sur d’arachide au Niger ;
  • les mesures de lutte contre la maladie.
Population rurale satisfaite des activité du projet

Diagnostic sur les contraintes environnementales en relation avec le changement climatiques

Diagnostic sur les contraintes environnementales en relation avec la variabilité et changement climatiques dans les zones d’intervention du projet DIVANI-Résilience (Tillabéry et Zinder)

Le Niger, pays sahélien, avec un climat caractérisé par une grande variabilité interannuelle est confronté à des contraintes environnementales liées au changement climatique. Ces contraintes sont responsables de la faible performance des activités agro-sylvo-pastorales. Pour apporter des solutions adéquates à cette situation, l’étude portant sur les contraintes environnementales en relation avec la variabilité et le changement climatiques dans les régions de Tillabéry et Zinder a été conduite par l’ONG CADEL sous le financement du Programme de Productivité Agricole en Afrique de l’Ouest (PPAAO) de la Banque Mondiale.

Objectifs de l’étude sur les contraintes environnementale

Le diagnostic des contraintes environnementales réalisé dans les zones de Tillabéry et Zinder vise à amener les populations locales à faire une analyse critique de leur environnement dans un contexte de changements climatiques. L’étude permet également d’identifier les effets du climat changeant, des stratégies mises en œuvre face à ces contraintes et en fin proposer, en commun accord avec les populations, les thèmes de sensibilisation pour surmonter les impacts. Plus spécifiquement, le diagnostic cherche notamment à :

  • analyser la perception des populations sur le changement et la variabilité climatiques ;
  • identifier les causes et évaluer les conséquences du changement et de la variabilité climatiques sur les ressources naturelles et les activités socio-économiques ;
  • identifier les stratégies et les mesures endogènes mises en œuvre aux fins d’adaptation aux contraintes environnementales en lien avec le changement et la variabilité climatiques ;
  • envisager des mesures prioritaires urgentes d’adaptation pour faire face durablement aux effets néfastes du changement et la variabilité climatiques ;
  • traduire les problèmes en thème de sensibilisation.

Impact des variabilités et changements climatiques sur les populations des zones de l’étude

Depuis une trentaine d’années, les problèmes environnementaux sont ressentis par les populations rurales comme contraintes à leurs activités de production agro-sylvo-pastorale. Ces différentes contraintes environnementales affectent négativement la productivité du sol, du phytoplancton (ensemble des organismes végétaux vivant en suspension dans l’eau) et de la végétation.

La conséquence principale engendrée par les problèmes environnementaux demeure est la faible production agro-sylvo-pastorale. Ce phénomène provoque des déficits alimentaires récurrents au sein des populations rurales.

Stratégies et les contraintes identifiées

Cette étude a permis d’identifier deux types des contraintes : maniables et non maniables. Les contraintes maniables par la population sont notamment : la dégradation du sol, la sècheresse, la disparition de certaines espèces végétales et l’augmentation des risques d’inondation. Concernant, les contraintes non maniables par la population on peut citer : l’érosion éolienne et hydrique, l’arrêt précoce de la campagne pluviale, l’augmentation de la température et du vent fort et le tarissement des cours d’eau.

Thèmes prioritaires de sensibilisation des populations entrant dans la cadre de l’étude

Pour faire face aux contraintes environnementales maniables par les populations, l’étude propose plusieurs thèmes de sensibilisation notamment : la gestion intégrée de la fertilité du sol, l’utilisation des semences améliorées précoces et résistantes à la sècheresse, la pratique de l’irrigation d’appui de complément, la pratique de la régénération naturelle assistée, la plantation d’arbre au tour des points d’eau et la sensibilisation sur le risque de la mise en valeur des zones à risque d’inondation.

Gommose du manguier au Niger

Fiche technique sur la gommose du Manguier

Fiche technique sur la gommose du manguier au Niger

La gommose du manguier est une maladie fongique causée par certaines espèces de champignons (Botryosphaeria ribis, Hendersonula toruloidea, Macrophoma mangifera). Le document attaché en pièce jointe (ci-dessous) est une fiche technique sur la gommose du manguier. La fiche a été préparée par le Service Protection des Végétaux du Niger (l’actuelle Direction Générale de la Protection des Végétaux). Elle donne un aperçu pouvant aider l’agriculteur à identifier et mieux gérer la maladie dans son champ. La fiche est également accompagnée de photos illustratives montrant les symptômes et l’importance des dégâts causés par la maladie.

Au sommaire de la fiche technique sur la gommose du manguier

  • la description de la gommose du manguier ;
  • les plantes hôtes des champignons ;
  • les dégâts causés par la maladie ;
  • son importance relative sur la culture au Niger ;
  • les mesures de lutte contre la maladie.