Conservation farming réalisé avec un animal de trait et un ripper –REGIS-ER

Plan de Soutien aux Populations Vulnérables – 2018

Le plan de soutien aux populations vulnérables est l’outil de planification et de programmation pour toutes les interventions en matière de prévention et de gestion des crises alimentaires, nutritionnelles et pastorales au Niger au cours de l’année 2018.

Le plan de soutien aux populations vulnérables du Niger est l’outil principal du Gouvernement nigérien pour la planification et la programmation des interventions en réponse aux besoins des populations dans les domaines de la sécurité alimentaire, la nutrition, et le pastoralisme. C’est le document cadre que le Dispositif National de Prévention et de Gestion des Crises Alimentaires (DNPGCA) et ses partenaires utilisent, selon une démarche participative et inclusive, pour répondre aux besoins des populations vulnérables.

La campagne agricole 2017

La campagne agricole d’hivernage 2017 a été caractérisée par une pluviométrie déficitaire avec des longues périodes sèches dans plusieurs localités du pays. Ce phénomène a occasionné des retards de croissance des cultures ainsi que des baisses de rendements. La production céréalière 2017 est estimée à 5 853°010 tonnes. Concernant le bilan céréalier brut, il est de l’ordre de 28 680 tonnes, bien en dessous de celui de 2016.

Les zones classées vulnérables et un important déficit fourrager

Environ 162 zones regroupant 3 668 villages, campements et tribus ont été classées extrêmement et moyennement vulnérables. Parmi elles, 82 sont classées dans une situation d’extrême vulnérabilité. Le bilan fourrager fait ressortir un déficit fourrager global de l’ordre de 10 940 993 TMS nécessitant cette année encore une intervention importante dans ce domaine.

Les perspectives pour l’année 2018 plutôt inquiétantes

L’année 2018 sera marquée par des hausses anormales des prix des céréales sur les marchés à partir de février. Ces hausses devraient nécessiter la mobilisation d’importants moyens pouvant permettre de juguler les impacts de celles-ci sur les ménages pauvres.

En outre, la situation sécuritaire dans l’est du pays dans la région de Diffa (à cause de Boko Haram) mais également dans les zones nord de Tahoua et Tillabéri est aussi préoccupante. Cela doit faire l’objet d’un suivi particulier en plus de la situation nutritionnelle de plus de 890 000 enfants de moins de 5 ans.

Des millions de personnes en insécurité alimentaire en 2018

Ce sont au total 2 258 495 personnes en insécurité alimentaire sévère et modérée hors période de soudure et 3 665 797 personnes pendant la période de soudure qui devraient être soutenues à des interventions d’urgence ou de résilience. Par ailleurs, 163 540 personnes réfugiées (du Nigeria et du Mali) et retournées seront également prises en compte en plus d’une assistance potentielle aux chocs probables pour plus de 265 000 personnes victimes des inondations, de déplacements forcés et de la migration.

Légume présentés à la foire agricole des maraîchers d'Agadez

Résultats Définitifs de l’Enquête sur les Productions Horticoles 2017-2018

Le Ministère de l’Agriculture et de l’Elevage, dans le cadre de la mise en œuvre du programme stratégique de l’Initiative 3N (les Nigériens Nourrissent les Nigériens) à travers l’Axe 1, met en œuvre et suit le programme de campagne irriguée sur toute l’étendue du pays. Dans ce numéro, il rend public les résultats définitifs de l’enquête sur les productions horticoles pour la campagne 2017-2018.

Le présent document rappelle les grandes caractéristiques de l’enquête horticole suivi d’une analyse synthétique des résultats obtenus en 2017-2018. Le nombre de sites enquêtés est de 632 et sur chaque site 10% des exploitants constituent les ménages échantillons à enquêter.

Résultats de l’enquête sur les productions horticoles

La production totale de la présente campagne est estimée à 3 532 002 tonnes, toutes cultures confondues. Ceci représente 633 605,29 tonnes d’équivalent céréalier. Les superficies mises en valeur sont de 161 236,04 ha sur les 172 800 ha prévus soit un taux de réalisation de 93,3%. Trois régions occupent à elles seules 62% des superficies emblavées : Tahoua 32% soit 52 543,85 ha, Dosso 16% soit 25 198,03 et Maradi 14% soit 217 647,49 ha.

RégionSuperficie (ha)Production (tonne)Production en équivalent céréalier (%)
1Agadez6604.81143026.772.44
2Diffa8002.07137 517.023.9
3Dosso25198.03436623.6818.26
4Maradi217647.49444866.5813.58
5Niamey6408.26144861.433.76
6Tahoua52543.851420007.3733.86
7Tillabéri21017.83356748.3411.28
8Zinder19008.26448350.812.11

Répartition entre les différents groupes de produits alimentaires

La production horticole est constituée de 9 groupes de produits. La répartition entre les différents groupes de produits alimentaires est la suivante :

Groupe de produitsSuperficie emblavées (ha)Superficie emblavées (%)Production totale (tonne)Équivalent céréalier (tonne)
Légumes78 982,64492 086 354,65192 967,4
Racines et tubercules26 482,4216667 188,55237 609,90
Légumineuses8 295,75512 991.2713108.23
Céréales27851.5817105906.2105906.2
Épices et stimulants11 629.027211424.9721142.5
Plantes à sucre6776.653.3258090.7420647.26
Fruits2799.7260701.365442.92
Oléagineux277.260.1407.6395.78
Autres cultures6801.814121267.4636385.02

Pour plus d’informations sur les types de spéculation, la répartition par région, etc., télécharger le document complet attaché en pièce jointe.

Des jeunes filles et femmes entrain de puisées de l'eau dans un puits

Une situation alimentaire et nutritionnelle en détérioration sévère par endroits au Sahel

La réunion du PREGEC du mois de mars a permis de valider les résultats définitifs de la campagne agropastorale 2017-2018 et d’actualiser la situation alimentaire et nutritionnelle au Sahel et en Afrique de l’Ouest.

Au cours de la réunion du dispositif régional PREGEC, le cadre de concertation technique régionale sur la validation des résultats définitifs et la situation alimentaire et nutritionnelle déclare : une situation alimentaire et nutritionnelle en détérioration sévère par endroits dans la bande sahélienne.

Résultats d’analyse du dispositif régional de Prévention et de Gestion des Crises Alimentaires

Les analyses du Cadre Harmonisé conduites dans l’ensemble des pays du CILSS, de la CEDEAO et de l’UEMOA, révèlent une détérioration de la situation alimentaire et nutritionnelle dans la bande sahélienne dont le Niger. Ce phénomène est dû à la dégradation des conditions d’alimentation et de l’érosion des moyens d’existence chez les ménages pauvres. Cependant, la situation est stable dans les pays du Golfe de Guinée. Elle est en amélioration dans les États du Nord Est du Nigeria (Adamawa, Borno et Yobé) grâce aux interventions humanitaires en cours.

Selon les résultats des analyses, pendant la période de pré-soudure (mars-mai 2018), environ 7,1 millions de personnes, composés en grande partie des pasteurs et agro-pasteurs, sont en insécurité alimentaire et nutritionnelle. Cette situation est aggravée par l’insécurité civile persistante dans le Bassin du Lac Tchad, dans la boucle du Liptako-Gourma (Burkina, Mali et Niger) et dans le centre du Mali.

Si des réponses immédiates et appropriées ne sont pas apportées, le nombre de personnes concernées pourrait atteindre 10,6 millions d’ici la période de soudure (juin-août 2018).

Analyse du cadre harmonisé situation alimentaire et nutritionnelle projetée au sahel et en Afrique de l'Ouest

©CILSS / Capture d’écran

Au sommaire de ce numéro

  • Des tendances des productions agricoles en légère régression pour les céréales;
  • une situation pastorale préoccupante et caractérisée par l’épuisement précoce de la biomasse fourragère résiduelle et des points d’eau temporaires ;
  • une situation des marchés agricoles caractérisée par une hausse généralisée des prix des produits locaux ;
  • des marchés à bétail avec des prix relativement stables pour les bovins et les petits ruminants ;
  • une situation nutritionnelle préoccupante.

Des perspectives agricoles et alimentaires au Sahel et en Afrique de l’Ouest

Ce document présente les conclusions de la réunion du Dispositif Régional de Prévention et de Gestion des Crises Alimentaires (PREGEC) tenue à Conakry (Guinée) le 18 et 20 septembre 2017. Le PREGEC est un dispositif régional qui donne la situation du déroulement de la campagne agropastorale et les perspectives agricoles et alimentaires au Sahel et en Afrique de l’Ouest.

La situation pluviométrique

La situation pluviométrique était, jusqu’au 31 août 2017, excédentaire à normale au sein l’espace CILSS/CEDEAO. Cependant, on a enregistré des pluies abondantes qui ont occasionnées des inondations ayant provoquées d’importants dégâts sur les cultures, le bétail et les infrastructures voire des pertes en vies humaines dans beaucoup de pays dont le Niger.

La situation agricole

Sur le plan agricole, l’installation des cultures a été globalement précoce à l’est et au centre, et normale à précoce à l’ouest. En effet, les semis des principales cultures pluviales ont été effectifs dès fin juin CILSS/CEDEAO. Le niveau de satisfaction des besoins en eau des cultures a été globalement favorable au développement des cultures. Ainsi au 31 août 2017, les stades prédominants de développement des cultures varient globalement de la floraison à la maturité totale, selon les dates de semis.

La situation pastorale

Sur le plan pastoral, la situation est globalement satisfaisante dans les régions du Sahel et de l’Afrique de l’Ouest. Il y a une bonne disponibilité du fourrage et d’eau de surface pour l’alimentation et l’abreuvement du bétail. Toutefois, des zones à risque de déficit fourrager subsistent dans la zone pastorale du Niger, dans l’extrême nord-est du Tchad, au nord du Sénégal et dans la zone agropastorale de la Mauritanie.

Perspectives pour la campagne 2017-2018

Les productions agricoles 2017-18 pourraient être globalement moyennes à bonnes dans la région. Les productions de céréales pourraient se situer entre 66 et 73 millions de tonnes. Quant aux productions des racines et tubercules, elles se situeraient entre 166 et 171 millions de tonnes, soit une variation de 0,05% à 3 % par rapport à l’année passée. Une hausse globale par rapport à la moyenne est attendue pour les productions de légumineuses dont le niébé et l’arachide.

D’une manière générale, la situation alimentaire s’améliore avec l’arrivée des récoltes de la première saison dans les pays côtiers et celles précoces effectuées au Sahel. A cela, s’ajoutent les diverses interventions d’assistance alimentaire (vente de céréales à des prix réduits, la distribution gratuite, etc.) mises en œuvre par les États et leurs partenaires pour soutenir les populations vulnérables pendant la période de soudure. A titre d’exemple le gouvernement nigérien a décidé en octobre 2017, de débloquer 24 milliards de F.CFA pour l’achat des vivres auprès des producteurs ruraux.

Au sommaire de ce numéro

  • une situation pluviométrique excédentaire à normale;
  • une situation hydrologique avec des écoulements globalement supérieurs à la moyenne ;
  • une situation agricole précoce dans l’ensemble mais globalement normale;
  • une situation phytosanitaire relativement calme;
  • une situation pastorale globalement satisfaisante;
  • des perspectives alimentaires prometteuses pour la campagne 2017-2018.